[POLITIS 30 ANS] 8 février 1990 : de sales polémiques sur les immigrés, déjà

En 2018, Politis revisite chaque semaine l'une des couvertures de ses trente années d'existence.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


V ive le ghetto » : cette une choc du 8 février 1990 était une réaction non seulement au Front national, qui hurlait alors à la « cacophonie identitaire », mais surtout à ceux qui, « à gauche », tels Régis Debray ou Alain Finkielkraut, agitaient – déjà – le foulard islamique pour s’alarmer du sacrifice des valeurs républicaines sur l’autel d’un modèle d’intégration « à l’américaine »… Bref, les tenants de l’« assimilationnisme » français. L’enquête d’Ahmed Boubeker et Paul Moreira tentait donc, au lieu de les conspuer comme les ferments du communautarisme, de comprendre les « quartiers ethniques » de Paris (Chinatown, la Goutte d’Or…), « mode inédit d’insertion sociale des immigrés », sans en brosser un portrait idyllique, mais en soulignant leur différence avec les « banlieues de l’exclusion ». Trente ans et quelques dizaines de polémiques plus tard, force est de constater que le « modèle français d’intégration » que Politis appelait alors à « repenser d’urgence » ne l’a pas été dans le bon sens.

À lire aussi >> Politis fête ses 30 ans !

© Politis


Haut de page

Voir aussi

Articles récents