Olivier Faure : l’homme du milieu

Olivier Faure vient d’être élu premier secrétaire du Parti socialiste. Voici le portrait que nous en faisions fin janvier.

Pauline Graulle  • 16 mars 2018 abonné·es
Olivier Faure : l’homme du milieu
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Dans la même journée, il a engrangé le soutien de la très anti-Valls Martine Aubry et du très vallsiste Philippe Doucet. Un grand écart qui n’effraie pas Olivier Faure, au contraire. Le président du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée nationale, candidat à la direction du Parti socialiste après que sa bonne camarade Najat Vallaud-Belkacem a jeté l’éponge, est catégorique : une fois « président (sic) du PS », il saura « dépasser les clivages anciens » et faire « repartir [le parti] sur une autre histoire ». L’aile droite, l’aile gauche, les querelles entre « frondeurs » et « réalistes »… Tout ça, c’était avant. Lui, qui sait que le PS se prend au centre, sera l’homme de la réconciliation. Vendre aux militants inquiets le rêve que la crise mortifère qui secoue le parti ne sera bientôt qu’un lointain souvenir : la stratégie semble, pour l’instant, gagnante. Le grand favori de la course ne compte plus ses soutiens, même sur le versant le plus à gauche du parti : Stéphane Troussel, Valérie Rabault, Matthias Fekl…

Olivier Faure, pile 50 ans cette année, look de gendre idéal, est encore un inconnu pour qui ne passe pas son temps à regarder les plateaux de La Chaîne parlementaire. Mais il a tout de l’apparatchik à l’ancienne. Et d’abord un CV taillé pour plaire aux légitimistes, majoritaires dans le parti. L’actuel patron des 30 députés socialistes (et apparentés), entré au PS à 16 ans, a fait rapidement carrière dans les arcanes de la gauche gouvernementale. Jeune rocardien, il devient un fidèle de Jean-Marc Ayrault – une rareté – puis passe du cabinet de la ministre du Travail Aubry à celui de François Hollande à Solferino. « J’ai bossé pendant sept ans à ses côtés, mais François ne connaît pas grand-chose de moi », confie-t-il. Au point que l’ex-premier secrétaire sera l’un des derniers à savoir que son plus proche collaborateur signe, sous pseudo, des bandes dessinées relatant par le menu les vicissitudes du petit monde solférinien. Dont la célèbre Ségo, François, papa et moi, sur la terrible campagne de Ségolène Royal, qu’il a soutenue en 2007…

Alors, depuis, Olivier Faure n’a plus que le « compromis » à la bouche. Rien à voir avec la « synthèse molle » à la Hollande ou le « en même temps » macronien, jure celui qui a signé, aux côtés de Martine Aubry et de Gérard Collomb, la très fourre-tout « motion A » au congrès de Poitiers, en 2005 : « Je veux souligner les convergences et ne pas nourrir les débats qui nous divisent artificiellement. La social-démocratie, ça ne veut pas dire qu’on est mou du genou, mais qu’on veut dépasser les antagonismes. » C’est lui, rappelle-t-il à dessein, qui a tenté, mais en vain, de proposer un « compromis » sur la loi travail au printemps 2016. Et s’il s’est opposé à la déchéance de nationalité, c’était, au fond, surtout pour le bien du parti : « Cette histoire nous a fait perdre la gauche intellectuelle, la gauche morale et la gauche issue de l’immigration. »

Un peu grondeur, mais pas frondeur, Olivier Faure a quand même voté Valls à la primaire de 2017. Reste qu’il apparaît aujourd’hui, par un effet de contraste, moins « hollandais » que l’ex-ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, lui aussi dans la course. D’ailleurs, une fois premier secrétaire, c’est promis, il fera l’inventaire du quinquennat. Une grande convention pour analyser ce qui a échoué, « c’est nécessaire, si on veut repartir sur de bonnes bases ».

Lui « président » du PS, il fera du mouvement de Jaurès un « parti plateforme » qui permettra à tous les militants, et même pourquoi pas aux simples sympathisants, de participer aux prises de décision. Un « parti 2.0 », « décentralisé », qui produira des Mooc, des formations en ligne pour les militants et le grand public, afin de pouvoir mener des « débats exigeants ». Par exemple, sur les « nouvelles aliénations aux écrans » ou « la compatibilité entre la transition énergétique et la question sociale ».

Le nouveau siège, Olivier Faure l’imagine à Paris, rive gauche. Il devra être clair, moderne et incarner, par l’agencement de l’espace, ce nouvel esprit du socialisme. Pour tenter de faire oublier la rue de Solferino et tous ses labyrinthes.

Politique
Temps de lecture : 4 minutes
#PS

Pour aller plus loin…

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks
Réseaux 30 mai 2024 abonné·es

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks

Depuis sa création en 1981, l’Atlas Network cherche à imposer des idées politiques conservatrices et économiques libertariennes. Un réseau auquel la France est aujourd’hui loin d’être imperméable.
Par Tristan Dereuddre
Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet
Parlement 29 mai 2024 abonné·es

Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet

Après avoir brandi un drapeau palestinien dans l’Hémicycle, le député LFI Sébastien Delogu a été suspendu pour 15 jours, la peine maximale pour un député. La présidente de l’Assemblée est coutumière de ce type de traitement partial, dénoncé par l’ensemble de la gauche.
Par Tristan Dereuddre
« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »
Élections européennes 29 mai 2024 abonné·es

« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »

Aurore Lalucq, eurodéputée en 4e position sur la liste PS-Place publique conduite par Raphaël Glucksmann, défend la pertinence de l’échelon européen face à la Russie et à la Chine. Et met en avant des propositions qui pourraient convaincre les classes populaires.
Par Lucas Sarafian
Macron et l’extrême droite : histoire d’un naufrage
Analyse 29 mai 2024 abonné·es

Macron et l’extrême droite : histoire d’un naufrage

En un septennat, le chef de l’État et ses soutiens n’ont cessé de trahir le pacte républicain sur lequel Emmanuel Macron s’était engagé en 2017. Tout en installant un face-à-face permanent et dangereux avec Marine Le Pen et le Rassemblement national.
Par Lucas Sarafian