Parcoursup pénalise les retardataires, les filles et le service public

Vœux incomplets et renforcement de la socialisation genrée : la plateforme poursuit son entreprise de sélection par l’exclusion.

Les lycéens de terminale avaient jusqu’à aujourd'hui 13 mars pour renseigner Parcoursup. Non seulement le gouvernement a maintenu cette plateforme d’entrée à l’université décriée depuis son lancement officiel le 15 janvier dernier, mais il n’a pas levé le décret d’application autorisant l’exclusion des retardataires. Ainsi, un élève qui n’aurait pas terminé de répondre à l’un de ses vœux dans les délais – allant d’une semaine à 24 heures – verrait tous ses vœux annulés. Des dizaines de milliers de jeunes…

Il reste 80% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents