[POLITIS 30 ANS] 22 mars 1990 : la première mort du PS

En 2018, Politis revisite chaque semaine l'une des couvertures de ses trente années d'existence.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le 22 mars 1990, Politis ironise sur le résultat du congrès de Rennes, que son rubricard, Jean-Michel Aphatie, a suivi. Les socialistes au pouvoir s’y sont déchirés comme jamais entre héritiers putatifs de François Mitterrand, avant que le congrès ne s’achève piteusement « sans ligne politique et sans direction ». « Entièrement dominé par des débats de procédure et par un affrontement sans merci [entre Lionel Jospin et Laurent Fabius] sur le partage des postes de direction, le débat politique a été pratiquement absent du Congrès », note Bernard Langlois. Dans son édito, il décèle toutefois derrière « le choc des ambitions personnelles » des questions importantes « sur la nature du parti, son mode de fonctionnement, son type d’organisation, et donc le type de discours et d’action qu’ils induisent ». Faute de les avoir posées aux militants, « le PS est mort », diagnostique-t-il, non sans préciser que le défunt est « le PS mitterrandiste, le PS d’Épinay ».

À lire aussi >> Politis fête ses 30 ans !

© Politis


Haut de page

Voir aussi

Articles récents