Sud appelle à manifester contre le licenciement de Gaël Quirante

Un rassemblement de soutien au secrétaire départemental de Sud PTT 92 est organisé à Paris ce lundi, suite à l'autorisation de son renvoi par Muriel Pénicaud.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Une manifestation contre le licenciement de Gaël Quirante, secrétaire départemental de Sud PTT 92, aura lieu ce lundi 26 mars à 19 heures devant le ministère du Travail, à l’appel de l’union syndicale Solidaires. Dans un courrier daté du 20 mars, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, autorise en effet ce renvoi controversé.

Gaël Quirante a réagi à cette annonce dans une vidéo, ainsi qu'Olivier Besancenot :

.

Accusé de séquestration suite à sa participation en 2010 à une occupation de la direction départementale de La Poste, son renvoi avait alors été refusé la même année par l’Inspection de travail, puis en 2011 par le ministre du Travail, et enfin par le tribunal administratif en 2014. Après l’annulation en appel de ces trois décisions par le tribunal administratif de Versailles en avril dernier, toute la procédure a été relancée.

L’Inspection du travail a une nouvelle fois refusé ce licenciement, qualifié dans un rapport d’enquête de « discrimination syndicale ». Dans un contexte de forte mobilisation sociale, l’autorisation donnée par Muriel Pénicaud sonne pour l’union syndicale Solidaires comme « une déclaration de guerre sociale à tous les militants combatifs ».

Le sort de Gaël Quirante est désormais entre les mains de La Poste. Une rencontre est prévue le 29 mars entre l’organisation syndicale Sud PTT et le directeur des ressources humaines de l'entreprise.

En quatorze ans, le syndicaliste a subi dix tentatives de licenciement et un an et demi de mises à pied cumulées.

Une pétition contre le licenciement de Gaël Quirante et « la répression à La Poste et ailleurs » a déjà recueilli plus de 10 000 signatures.


Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’État »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents