Tunisie : L’irréductible fracture

La démocratisation échoue sur la question sociale, et la marginalisation des régions de l’intérieur est le produit d’une longue histoire qui dure malgré les changements politiques.

Thierry Brésillon  • 28 mars 2018 abonné·es
Tunisie : L’irréductible fracture
photo : Des chômeurs de Gafsa arrivés à Tunis le 9 février 2016 après une marche de 400 km contre les inégalités régionales.© FETHI BELAID/AFP

Comme aux heures les plus chaudes de la révolution de l’hiver 2010-2011, mercredi 21 mars, un poste de police a été incendié à Mdhilla, l’une des cinq villes du bassin minier de Gafsa, alors que des centaines de jeunes chômeurs tentaient d’empêcher les ouvriers de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG) de se rendre au travail. Depuis le mois de janvier, la région est de nouveau en ébullition et la production est quasiment bloquée. Les résultats du concours de recrutement à la CPG, dont l’annonce a été reportée six fois, suscitant les soupçons habituels de favoritisme, ont été l’étincelle de cette nouvelle protestation. En janvier 2008, c’était déjà la raison du soulèvement parti de Redeyef, un autre site minier, qui avait embrasé toute la région

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 8 minutes