« Vent du Nord », de Walid Mattar : Mistral perdant

Dans Vent du Nord, Walid Mattar confronte les conséquences de la délocalisation sur deux ouvriers, l’un français, l’autre tunisien.

L’idée de ce premier long métrage de Walid Mattar, jeune réalisateur tunisien, est aussi simple que subtilement exécutée : suivre en parallèle le parcours d’Hervé, ouvrier d’une usine de chaussures délocalisée du nord de la France vers la banlieue de Tunis, et de Foued, l’homme embauché pour travailler sur la même machine. D’emblée, le ton est donné : le feu d’artifice du 14 Juillet n’enchante plus Hervé, qui, quelques jours plus tard, assiste de loin à la discussion de ses collègues décidés à lutter…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Des écrans de fumée ?

Pédopsy : Nos futurs
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents