« Vent du Nord », de Walid Mattar : Mistral perdant

Dans Vent du Nord, Walid Mattar confronte les conséquences de la délocalisation sur deux ouvriers, l’un français, l’autre tunisien.

Thierry Brésillon  • 28 mars 2018 abonné·es
« Vent du Nord », de Walid Mattar : Mistral perdant
© photo : BARNEY PRODUCTION/PROPAGANDA PRODUCTIONS/HELICOTRONC

L’idée de ce premier long métrage de Walid Mattar, jeune réalisateur tunisien, est aussi simple que subtilement exécutée : suivre en parallèle le parcours d’Hervé, ouvrier d’une usine de chaussures délocalisée du nord de la France vers la banlieue de Tunis, et de Foued, l’homme embauché pour travailler sur la même machine.

D’emblée, le ton est donné : le feu d’artifice du 14 Juillet n’enchante

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 4 minutes