Bouteilles et contenants : l'Allemagne étend la consigne obligatoire

Une nouvelle loi rend obligatoire outre-Rhin la consigne des récipients à usage unique, comme les briques en carton.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Cela fait des lustres que l’Allemagne s’efforce de ne plus gaspiller le verre des bouteilles. Ce système progresse, puisque tous les contenants réutilisables sont désormais consignés, y compris ceux en plastique. Entre 8 et 15 centimes, selon la contenance et le format.

Cette législation déjà ancienne, et progressivement étendue et améliorée, énerve beaucoup les grands circuits de distribution comme Lidl. Ils multiplient les procès et les recours devant les tribunaux, mais ils les perdent régulièrement. Cela les contraint à multiplier les installations et à entretenir dans leurs grandes surfaces des appareils automatiques dans lesquels les clients glissent leurs bouteilles et reçoivent en retour le montant de la consigne, soit en argent, soit en bons d’achat. À charge ensuite aux grandes surfaces, de rendre les bouteilles aux fabricants ou bien, dans certains cas, d’assurer leur recyclage.

Cette habitude est très écologique, puisqu'une bouteille peut être, en moyenne, utilisée une cinquantaine de fois. Pour la bière, le taux de réutilisation est actuellement proche de 90 %.

Résistance des grandes surfaces

L’économie de matière première (et d’énergie) est considérable, ce qui explique que les fabricants de ces bouteilles en verre aient longuement fait opposition à l’extension de ce principe. Ils ont renouvelé leur volonté d’éviter les prescriptions de la loi en réduisant la proportion de liquides vendus en bouteille de verre pour les remplacer par des canettes en aluminium. Celles-ci, abandonnées dans la nature et les décharges, sont pourtant encore plus polluantes. Autres tentatives de contournement de la loi : multiplier les usages du plastique ou mettre sur le marché des contenants à usage unique. Cela a contraint le législateur, sous la pression des consommateurs, à étendre les obligations légales, qui concernent aussi les boîtes en aluminium.

La nouvelle loi entrera en vigueur dans toute l’Allemagne le 1er janvier 2019. Elle a deux objets : d’abord atteindre rapidement un taux de 70 % de récipients recyclables ; ensuite contraindre les grandes surfaces à consigner (25 centimes) tous les contenants à usage unique, notamment les briques de lait ou de jus de fruits, qui seront également reconnus par les scanners des machines automatiques. Les distributeurs devront organiser leur recyclage avec les fabricants.

Comme tous les Allemands ne sont pas écolos – le laisser-aller des déchets existe aussi dans ce pays –, les associations caritatives se réjouissent elles aussi du durcissement de la législation. D’abord parce les SDF organisent chaque jour des tournées de ramassage qui améliorent leur quotidien en débarquant avec leurs chariots de bouteilles et de canettes, dans les grandes surfaces ; et ensuite parce que la loi autorise ceux qui reçoivent les bons de déconsignation à les donner à des associations.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents