« Gilgamesh» : Le premier superhéros

Le trait expressif de Jens Harder donne forme et couleur au roi Gilgamesh, figure fondatrice de tous les grands récits de nos civilisations.

Repéré en 2002 à Angoulême par l’éditeur Thierry Groensteen, Jens Harder est aujourd’hui reconnu comme un auteur hors-norme. Après Leviathan (1) et La Cité de Dieu (2), il s’est surtout imposé dans la dernière décennie avec deux fresques grandioses, Alpha… directions et Beta… civilisations (3), rien de moins ! La puissance du trait expressif de l’auteur allemand revient cette fois avec la mère de toutes les mythologies, l’épopée de Gilgamesh. Saisir ce récit tentait Jens Harder depuis ses études à l’école…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents