Dossier : Macron, un an : La droite parallèle

Emmanuel Macron : Chevauchée personnelle

Sur la scène internationale, l’hyperactivité du Président vise avant tout à redorer le blason français. Mais, peu fructueuse, elle risque aussi d’être contre-productive au Proche-Orient.

La récente visite d’Emmanuel Macron aux États-Unis restera sans nul doute l’une des images fortes de son quinquennat. Surjouant ses atouts – séduction, jeunesse, flatterie puis franc-parler, maîtrise de la langue anglaise –, il est parvenu à hisser son clinquant numéro de duettistes avec Trump au rang d’un tête-à-tête entre très grands de ce monde. Du moins en apparence. Car, si les médias des deux côtés de l’Atlantique ont accompagné l’événement avec une rare minutie, la forme a souvent submergé le fond…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.