13-06-18, Champagne-sur-seine-Melun

Viviane, 25 ans, suit la Marche solidaire pour les migrants de Vintimille à Londres, organisée par l’Auberge des migrants. Au jour le jour, elle retrace son périple sur ce blog, illustré par des photographies du collectif Item.

Viviane  • 15 juin 2018
Partager :
13-06-18, Champagne-sur-seine-Melun
Photo : Un cortège d'environ 80 personnes accompagne les marcheurs à l'arrivée à Mâcon. Les collectifs et associations locales de support au migrants ont dû s'opposer à plusieurs reprises au maire de Mâcon, qui a entre autres empêché la scolarisation des enfants de migrants dans les écoles locales.
© Crédit : Adrienne Surprenant/ item

L'auteure : VivianeJ'ai 25 ans, je suis originaire de Bretagne, j'ai fait des études de psycho. J'ai fait six mois de bénévolat à Calais puis j'ai été intégrée dans l'organisation de la Marche des migrants. Je ne sais pas où je serai dans six mois mais mon prochain projet est un voyage humanitaire au Togo. Mon père est vidéaste. Il m'a prêté sa caméra pour que je documente ce que je vis avec les marcheurs, mais je préfère écrire...Les photographesLe Collectif item est une structure de production indépendante qui se donne le temps et les moyens nécessaires pour construire de véritables sujets, pensés comme des récits photographiques à part entière. Il rassemble aujourd’hui 12 photographes, un graphiste et une vidéaste, autour de l’impérieuse nécessité de raconter le monde, pour ne pas rester les yeux fermés. Leurs travaux peuvent être vus sur leur site ici.
Vu sur une pancarte à notre cortège de Melun : « Prêts à mourir pour vivre. »

Résumé d’une discussion interceptée entre le directeur du Cada (Centre d’accueil pour demandeurs d’asile) de la Rochette et une marcheuse : la plupart des dossiers qui viennent de ce centre sont acceptés. Plusieurs raisons : les demandeurs sont des femmes et des enfants ; le personnel est qualifié pour constituer les dossiers et accompagner les personnes ; le nombre important de dossiers acceptés depuis quelques années génère un réseau important de bons traducteurs dans les différentes langues maternelles des demandeurs. Avoir un bon traducteur, c’est hyper important pour avoir les bonnes infos et prendre les bonnes décisions. Selon le directeur du centre, il y a des Cada qui ne font que nourrir les personnes. En ce qui concerne l’accompagnement, c’est zéro.

Je ne comprends pas encore pourquoi il y a temps de différences entre deux Cada. Est-ce à cause du budget ? Qui verse l’argent ? Comment les directeurs sont-ils recrutés ?

Résumé de la soirée : Feu de camp, marshmallows grillés et pastèque d’anniversaire…

© Politis
Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don