Le péril Erdogan

Les élections du 24 juin ressemblent à un quitte ou double pour l’autocrate d’Ankara, au pouvoir de plus en plus personnel mais affaibli par le ralentissement économique et les tensions internationales.

Denis Sieffert  • 20 juin 2018 abonné·es
Le péril Erdogan
© photo : Diego Cupolo/NurPhoto/AFP

Visiblement, Recep Tayyip Erdogan n’a pas encore tout à fait réussi à mettre en place le régime dictatorial dont il rêve. La preuve : le double scrutin, présidentiel et législatif, du 24 juin apparaît nettement plus ouvert que prévu. Malgré la mise en coupe réglée du pays au lendemain de la tentative de putsch du 15 juillet 2016, malgré 50 000 arrestations, des purges massives

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Publié dans le dossier
Turquie : La démocratie étranglée
Temps de lecture : 4 minutes