À la rencontre des militants de Génération.s

Pour l’anniversaire de sa création, le mouvement de Benoît Hamon a réuni ses membres. Entre adoration de son fondateur et espoirs d’horizontalité, les militants se confient.

Il est 8h30 ce samedi 30 juin, au Summum de Grenoble, la pression monte pour la quarantaine de militants de Génération.s qui préparent la salle d’accueil : 1 500 personnes sont attendues ce week-end à l’occasion de son premier congrès. « Les fauves sont lâchés » glisse l’un deux, crispé à l’ouverture des portes au public_._

La salle de concert aux lumières tamisées où se tient le rassemblement est prête pour l’événement. Quatre stands Génération.s sont dressés dans le hall tout en longueur. Deux points de vente et de dons, le stand du Conseil des membres et celui des Jeunes avec Génération.s ont été installés. Les militants ont envahi les lieux en quelques minutes. Le week-end promet d’être intense : plusieurs d’ateliers sont prévus tout comme de nombreuses prises de paroles et d’échanges auxquels ils sont partie prenante. Certains sont venus en force avec leurs comités locaux, d’autres seuls ou avec leurs collègues des comités thématiques nationaux.

Majorité de nouveaux en politiques

Pour bon nombre d’entre eux, il s’agit de leur première Convention. « Je n’ai jamais appartenu à un parti politique auparavant. J’ai eu le déclic avec Benoît Hamon, sur la pelouse du Reuilly il y a un an, lors de la création du M1717 », confie Isabelle, 58 ans, à la tête du comité thématique biodiversité et militante dans l’Isère. Son cas est loin d’être isolé : selon l’organisation, environ 70 % des membres sont novices en politique.

Il reste 75% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents