Dossier : Aux arbres, citoyens !

Batailles rangées pour arbres urbains

Face à des municipalités qui convoitent les terrains ou rechignent à entretenir les platanes ou les saules, des collectifs s’organisent contre les abattages.

Enfin elle respire. « J’ai appris à l’instant que le Conseil d’État avait suspendu l’arrêté permettant au maire de Gien d’abattre les platanes », explique Pascale Romanin, coordinatrice du Collectif pour le centre-ville de Gien (Loiret). Ce 20 juillet marque pour elle l’aboutissement de deux ans de combat contre la municipalité divers droite. « En 2016, le maire a présenté un projet de requalification du centre-ville », se souvient-elle. L’abattage des 121 platanes qui bordent la Loire est prévu : une aberration pour de nombreux citoyens, qui s’organisent pour s’opposer au projet. « Ces arbres ont été plantés en 1834, ils ont survécu aux bombardements de 1944, ils sont le patrimoine de la ville », s’émeut Pascale Romanin.

Platanes, cèdres, tilleuls, saules… Les villes françaises comptent plusieurs centaines d’espèces résistant tant bien que mal au microclimat des villes, à l’air pollué, aux sols restreints et plus secs. Un patrimoine écologique coûteux pour les collectivités. Entre élagage, abattage, essouchement, contrôle, soin, plantation, arrosage, maintien des tuteurages et ramassage des feuilles, certaines préfèrent se séparer des espèces les plus anciennes pour en planter de nouvelles.

Recours administratifs, pétitions, certificats de parrainage de chacun des arbres bordant la Loire, médiatisation de l’affaire : Pascale Romanin n’a pas ménagé son temps pour alerter sur le risque de voir Gien privé de ses platanes. « Tous les dimanches, nous donnions rendez-vous aux citoyens sous les arbres pour leur faire signer des conventions de parrainage et manifester », explique-t-elle.

Cette réussite, durement acquise, est souvent citée en exemple. « Le travail qu’a réalisé ce collectif est impressionnant », confirme Marc Duplan, président de l’Association nationale de défense de l’arbre (Anda). Fondée en 2011, l’Anda dispense des conseils et une expertise juridique aux citoyens engagés dans la lutte contre les abattages.

Il reste 56% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents