Colum McCann : La plume en feu

L’écrivain irlandais Colum McCann ouvre son atelier et son cerveau dans des Lettres à un jeune auteur généreuses et libres.

Le feu. C’est ce qu’il faut pour écrire. Cela ne peut s’enseigner, mais Colum McCann s’attache avec une ferveur peu commune à délivrer une myriade de conseils à un jeune auteur sous forme de lettres sans retours. « Je », « tu », l’exercice n’a rien d’une correspondance.

L’écrivain irlandais chapitre ses essentiels : « Il n’y a pas de règle », « N’écris pas ce que tu sais », « Sois une caméra », « Échoue, échoue, échoue »… Sur le ton, peut-être, avec lequel il donne ses cours de creative ­writing à New York depuis vingt ans. Ils sont vernis, ses étudiants, s’il fait preuve de la même liberté et générosité en amphi.

Aux antipodes d’un magicien masquant ses trucs, l’auteur de l’incroyable Et que le vaste monde poursuive sa course folle ouvre sa boîte à malices, ses alambics d’alchimiste et son cerveau pour donner à voir ce qui l’agite au moment d’écrire. À cet instant où – « Ton cul sur ta chaise. Ton cul sur ta chaise » – il se bat contre le silence, le doute, la facilité, le cynisme, le mensonge…

La lettre devient miroir : « Écris sur ce que tu veux savoir. Mieux, braque ta plume sur ce que tu ignores. » L’adresse se fait introspective, comme s’il se parlait à lui-même, assumant le plus simple, le plus bête : « En réalité, je joue seulement les faire-valoir. La pratique et les années ne confèrent aucune sorte de supériorité. […] Mes conseils ne sont pas à la hauteur de ceux que j’aimerais recevoir… » L’effort de transmission le conduit à appréhender ses outils, chemins, difficultés et objectifs. Et la leçon, voulue comme une discussion en promenade, prend des allures d’incantations, les conseils se font mantras.

Il reste 49% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents