Le Festival des passeurs d’humanité se lance dans la vallée de la Roya

Du 12 au 15 juillet, la vallée de la Roya accueille son premier Festival des passeurs d’humanité. Au programme, quatre jours riches de partage, mêlant joyeusement musique, littérature, philosophie, débats et dégustations.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le Festival des passeurs d’humanité aura lieu du 12 au 15 juillet dans la vallée de la Roya. L'idée est née dans les rangs de l’association Les Ami.e.s de la Roya. Cette dernière a été créée cet hiver, afin d’organiser la solidarité avec les habitants de la vallée qui accueillent et aident les exilés. « D’emblée, nous avons lancé un appel : cet événement a été coconstruit avec les associations locales de défense de la vallée et qui inventent celle de demain : circuits courts, cultures bio et aides aux migrants comme Roya Citoyenne et DTC (Défends ta citoyenneté) l’association de Cédric Herrou, qui sera d’ailleurs présent dès le premier jour », confie Jacques Perreux, président de l’association initiatrice.

« Avant tout, c’est la volonté de faire découvrir cette vallée des merveilles, à laquelle les habitants et militants sont très attachés sentimentalement, qui nous a incités à créer l’événement », explique-t-il. Lieu porteur d’espérance, la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes) est un bastion historique de résistance, de fraternité et à forte tradition d’accueil. Ses habitants sont devenus « passeurs d’humanité » ces dernières années, par leur soutien apporté aux exilés arrivant en France. Justement, l’une des raisons qui a poussé à sauter le pas, « c’est l’envie d’apporter soutien à ceux qui se battent ici, qui hébergent et aident les migrants », ajoute Jacques Perreux.

Pour l’association, l’humain et la fraternité sont au centre de l’événement :

On a besoin de réfléchir et de débattre plus paisiblement à comment s’est construire l’humanité ; à comprendre comment éviter les dérives de la haine et de la guerre. L’humanité, c’est avant tout le partage et c’est ce que le festival veut mettre en avant.

Le festival se veut d’ailleurs porteur et transmetteur de ces valeurs auprès des enfants. Afin de favoriser la réflexion de ces « petits passeurs d’humanité », un programme spécial et ludique a été mis en place : littérature, musique, dessin, siestes sonores, ateliers créativité… Autant d’activités qui auront lieu près de la caravane ambulante. Les organisateurs ont fait le choix d’un pass d’accès au festival à prix libre. « On est attaché la gratuité de l’accès : c’est une liberté citoyenne et on veut que le festival soit accessible à tous, souligne Jacques Perreux. On espère que les festivaliers seront au rendez-vous et que ce sera un succès pour le reconduire une deuxième année. »

Chaque jour, le festival se déplacera dans l’une des quatre principales villes (Breil-sur-Roya, Saorge, Tende, La Brigue) de la vallée « afin de mieux découvrir les lieux mais aussi d’attirer les habitants des villages, des publics très variés ». Au programme dès jeudi 12 juillet à 9h à Breil-sur-Roya : débats, ateliers, musique, expositions, dégustations. Une tente cinéma sera également dressée chaque jour : entre trois et cinq films et documentaires sur l’exil ou les alternatives socioéconomiques seront projetés. « De nombreux cinéastes ont spontanément contacté l’association, ravis de faire partager leur travail et leur engagement. C’est aussi l’occasion de donner la parole à de jeunes réalisateurs, par exemple, Louis Paul, Loeiz Perreux et Raphaël Auger pour le documentaire Roya, fin octobre », commente Jacques Perreux.

La consécration du principe de fraternité sera fêtée

Les invités seront aussi nombreux. Certains se sont manifestés dès la création de l’association en décembre dernier à Paris, heureux d’apporter leur soutien en tant que parrains de l’association « comme Étienne Balibar, philosophe et spécialiste de la question des frontières ou encore Éric Valmir, chef du service reportage de France Inter auteur du livre Pêcheurs d’hommes », indique Jacques Perreux. « Nous sommes aussi très honorés que jeudi soir ce soit HK, chanteur engagé, et le groupe de musique Soudan Celestins Music (groupe de rock de réfugiés soudanais formé à Vichy, lieu de leur accueil et où ils travaillent désormais) qui ouvrent la première soirée de festivités. »

Musiciens, comédiens, danseurs, auteurs, poètes, réalisateurs, philosophes, physiciens, avocats, journalistes, historiens, associations, figures de proue du mouvement écologiste et de la désobéissance civile… au total plus d’une cinquantaine seront présents durant ces quatre jours. Certains élus de la République interviendront également lors échanges, entre autres Marie-Christine Vergiat (députée européenne), Marie Toussaint (déléguée Europe et jeunesse EELV), José Bové (député européen, figure du mouvement altermondialiste) et Clémentine Autain (député France insoumise).

La consécration du principe de fraternité par la décision rendue par le Conseil constitutionnel le 6 juillet, sera fêtée dès l’ouverture du festival indique Jacques Perreux. Selon lui, « la bataille n’est pas encore finie, loin de là. Mais cette victoire nous encourage et nous fait positiver. Un message que le Festival des passeurs d’humanité veut faire passer c’est que la fraternité, c’est notre avenir ».

Le programme de l’événement jour par jour

Festival des passeurs d’humanité, du jeudi 12 juillet au dimanche 15 juillet, vallée de la Roya

À voir >> Une vidéo de l'événement


Haut de page

Voir aussi

Articles récents