Sanofi ferme son usine à la pollution record

Le gouvernement a annoncé mardi 10 juillet que le site resterait fermé tant que toutes les conditions ne seront pas réunies.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Nouvelle pollution détectée dans l’air du bassin de Lacq, près de Pau. En cause : l’usine Sanofi fabriquant la Dépakine, ce médicament contre l’épilepsie longtemps prescrit à des femmes enceintes malgré des effets secondaires graves. Mediapart et France info ont révélé un rapport d’inspection de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal), daté du 14 avril, sans équivoque : au printemps dernier, l’usine rejetait plus de 190 000 fois la norme autorisée de bromopropane. Cette substance toxique est classée comme cancérigène et reprotoxique. Quatre autres composés organiques volatils (COV), potentiellement dangereux, sont également émis dans l’air.

Des chiffres « astronomiques » selon la Sepanso, association environnementale régionale. En avril, les services de la préfecture s’étaient contentés d’une mise en demeure et d’un arrêté obligeant Sanofi à respecter les seuils dans les trois mois. Un communiqué du groupe pharmaceutique annonce « l’arrêt de la production de son site de Mourenx, [afin] d’opérer les améliorations techniques annoncées et indispensables à un retour à la normale ». Une enquête interne serait en cours, mais le gouvernement a annoncé mardi 10 juillet que le site resterait fermé tant que toutes les conditions ne seront pas réunies. Un arrêté préfectoral limitait déjà les émissions de bromopropane à 2 milligrammes par mètre cube… en 2009 !


Haut de page

Voir aussi

Articles récents