Un psy pour le pape, vite !

Le 26 août, François a prodigué ses conseils aux parents d’enfants homosexuels.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dans l’avion qui le ramenait d’Irlande, le 26 août, le pape François a prodigué ses conseils aux parents d’enfants homosexuels : « Quand cela se manifeste dès l’enfance, il y a beaucoup de choses à faire par la psychiatrie. C’est autre chose quand cela se manifeste après 20 ans. » Ses mots ont choqué, marquant un fort retour en arrière, notamment en France, où l’homosexualité – considérée comme un vice par les religions puis comme une maladie mentale par la médecine – a été dépénalisée en 1982 et n’est plus une pathologie depuis 1992.

De quoi « légitimer » et « nourrir » l’homophobie, selon l’association SOS Homophobie, qui a rappelé que l’Église n’en était pas à son coup d’essai.

Le pape est originaire d’Argentine, où psychiatrie, psychanalyse et psychologie sont des disciplines historiquement liées, a plaidé le journal La Croix. Mais le mal était fait, a fortiori dans un contexte de nouveaux scandales pédophiles dans l’Église. Dans ce même avion, le pape a refusé de commenter les déclarations du nonce de Washington estimant que les abus sexuels seraient dus à la présence de prêtres homosexuels. Sans condamner, donc, le rapprochement – séculaire – entre homosexualité et pédophilie.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents