Un psy pour le pape, vite !

Le 26 août, François a prodigué ses conseils aux parents d’enfants homosexuels.

Politis  • 29 août 2018
Partager :
Un psy pour le pape, vite !
© photo : Gregorio BORGIA / POOL / AFP

Dans l’avion qui le ramenait d’Irlande, le 26 août, le pape François a prodigué ses conseils aux parents d’enfants homosexuels : « Quand cela se manifeste dès l’enfance, il y a beaucoup de choses à faire par la psychiatrie. C’est autre chose quand cela se manifeste après 20 ans. » Ses mots ont choqué, marquant un fort retour en arrière, notamment en France, où l’homosexualité – considérée comme un vice par les religions puis comme une maladie mentale par la médecine – a été dépénalisée en 1982 et n’est plus une pathologie depuis 1992.

De quoi « légitimer » et « nourrir » l’homophobie, selon l’association SOS Homophobie, qui a rappelé que l’Église n’en était pas à son coup d’essai.

Le pape est originaire d’Argentine, où psychiatrie, psychanalyse et psychologie sont des disciplines historiquement liées, a plaidé le journal La Croix. Mais le mal était fait, a fortiori dans un contexte de nouveaux scandales pédophiles dans l’Église. Dans ce même avion, le pape a refusé de commenter les déclarations du nonce de Washington estimant que les abus sexuels seraient dus à la présence de prêtres homosexuels. Sans condamner, donc, le rapprochement – séculaire – entre homosexualité et pédophilie.

Société
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc