Il y eut alors des Maurice Audin par milliers…

Combien d’hommes, de femmes furent raflés, torturés, assassinés par l’armée française en Algérie, à l’instar de Maurice Audin ?

Combien d’hommes, de femmes furent raflés, torturés, assassinés par l’armée française en Algérie, à l’instar de Maurice Audin ? L’Association Maurice Audin et histoirecoloniale.net ont mis en ligne le 15 septembre un site (1000autres.org) recensant déjà plus de mille notices individuelles de personnes enlevées et séquestrées en 1957 dans cette « bataille d’Alger » « qu’il vaut mieux désigner par les termes de “Grande répression d’Alger” », selon les termes de Fabrice Riceputi.

Il faut lire sur ce site l’édifiante enquête de cet historien sur un fichier secret. « La préfecture d’Alger savait en effet qu’elle avait, en constituant [ce fichier] à d’autres fins, dangereusement documenté une pratique de répression visant à terroriser la population algérienne : l’arrestation par enlèvement de milliers de “suspects”, dont beaucoup avaient subi la torture et dont certains ne réapparaîtraient plus. »

À l’époque, ce fichier fut soigneusement dissimulé à ceux qui enquêtèrent sur cette répression aveugle, tel l’avocat Maurice Garçon, qui en avait appris l’existence. Mais, conservé aux Archives nationales d’outre-mer depuis la fin de la guerre, il est devenu accessible en 2017, permettant le travail de Fabrice Riceputi : « Dans les livres d’histoire, ils sont donc ces anonymes “3 024 disparus de la bataille d’Alger” […], des disparus sans identité particulière, doublement disparus, physiquement et symboliquement, du fait de leur statut de colonisés et du peu d’intérêt que leur cas a suscité en dehors de personnalités comme Pierre Vidal-Naquet et les membres du Comité Maurice Audin. »

Il reste 51% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents