Montagne d’or, en Guyane : copie à revoir !

Le projet de mine a réveillé les tensions en Guyane.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le projet de mine Montagne d’or a réveillé les tensions en Guyane. « Le débat public a mis en évidence la profondeur de la fracture au sein de la société guyanaise et l’existence de forces d’opposition particulièrement déterminées avec lesquelles l’industriel comme les autorités publiques devront compter en cas de poursuite », affirme le rapport de la commission du débat public rendu le 7 septembre. François de Rugy, fraîchement descendu de son perchoir pour rejoindre le ministère de la Transition écologique et solidaire, a répété être favorable à une révision « de fond en comble » du projet, mais n’envisage pas son abandon. Pourtant, les recommandations de la commission s’accumulent : une communication plus transparente de la part de la compagnie minière, le respect des lieux de mémoire menacés de destruction, préciser les mesures à prendre en matière de gestion des risques…

Les conclusions restent minces sur l’un des aspects les plus inquiétants pour les populations : l’utilisation de cyanure pour extraire les 85 tonnes d’or espérées par la compagnie Nordgold. Sur ce point, un collectif d’associations internationales (Or de question, Stop mines, Save Rosia Montana…) réclament un moratoire à leurs gouvernements respectifs afin d’interdire définitivement l’utilisation de cyanure dans l’industrie minière.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents