Leçon américaine

Le sociologue états-unien Mark Lilla critique ce qu’il nomme la « gauche identitaire », qui aurait renoncé à la conquête du pouvoir par la majorité.

Denis Sieffert  • 17 octobre 2018 abonné·es
Leçon américaine
© photo : JUSTIN SULLIVAN/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Le sociologue américain Mark Lilla est un traumatisé du trumpisme. Avec l’affairiste milliardaire à la Maison Blanche, « notre vie politique s’enlaidit de jour en jour », dit-il. Mais il convient immédiatement que « s’opposer à Trump n’est pas une politique en soi ». D’où une intéressante réflexion sur les causes de la défaite d’Hillary Clinton en novembre 2016. La faute, dit-il, à une « gauche identitaire » qu’il qualifie de narcissique et moralisante. Lilla n’a pas de mots assez durs pour les mouvements féministes, homosexuels, ou même Black Lives Matter. Il ne leur reproche pas tant d’être « identitaires » – car il reconnaît les succès des Afro-Américains, des homosexuels et des femmes – que de négliger les batailles électorales. On aperçoit là une critique qui pourrait s’approcher des discours de Bernie Sanders et de Jean-Luc Mélenchon : le « vrai peuple » plutôt que les minorités. Ce n’est pas exactement cela, car Lilla ne se situe en rien dans la radicalité sociale ; il fait l’apologie de l’obscure et laborieuse politique institutionnelle. Il ne rejette pas explicitement ce qu’il appelle la « politique militante », celle des banderoles et des défilés, mais à condition qu’elle ne se substitue jamais à la lutte pour la conquête du pouvoir local ou national.

Pour Lilla, l’histoire de la gauche identitaire est celle d’une démission devant l’impératif démocratique de forger des majorités. « Protester, manifester, se révolter ne suffira pas », écrit-il. Il fustige ces « bavards indifférents aux effets qu’ils peuvent avoir sur les élections ». Car « la gauche a des élections à remporter et un électorat centriste issu de la classe ouvrière à reconquérir ». Et, pour atteindre ses objectifs de reconquête, elle doit réhabiliter le concept de citoyenneté, qui « affirme une solidarité transcendant tout lien identitaire ». Pour le sociologue de l’université Columbia, les défenseurs des minorités ont mis la gauche et l’Amérique en miettes. Seule la citoyenneté pourra recoller les morceaux et toucher le plus grand nombre.

Le livre de Mark Lilla se présente comme une leçon de réalisme. Ne jamais s’abstenir. Toujours préférer le « moindre mal ». Ne jamais céder aux vertiges de la pureté absolue ni à la fascination d’une politique tragique. Mais son discours souffre d’une analyse on ne peut plus contestable sur les causes de la défaite des démocrates. Est-ce tellement le résultat d’une politique de défense des minorités, dont il reconnaît lui-même qu’elle a permis de formidables avancées ? N’est-ce pas plutôt leur adhésion souvent zélée aux politiques néolibérales ? Il faut évidemment entendre la critique de Mark Lilla, mais son discours se présente d’abord comme un éloge du compromis électoral et du consensus. Or, c’est souvent ce compromis qui a produit cette impression du « pareil au même » entre gauche et droite, démobilisatrice pour l’électorat de gauche. Et cette leçon-là est loin d’être seulement américaine…

La Gauche identitaire Mark Lilla, Stock, 160 pages, 16 euros.

Idées
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 
Entretien 15 mai 2024 abonné·es

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 

Moi aussi : c’est le nom du court-métrage que présente l’actrice et réalisatrice Judith Godrèche au festival de Cannes, ce mercredi. Un projet où l’on suit un millier de personnes ayant répondu à son appel à témoignages. Pour Politis, elle revient sur cette initiative et raconte l’intimité de son combat contre les violences sexistes et sexuelles.
Par Pauline Migevant
VSS : vers une prise en charge plus empathique des violences
Justice 15 mai 2024 abonné·es

VSS : vers une prise en charge plus empathique des violences

En France, seules 6 % des victimes de viol ont porté plainte en 2023, et la procédure ne débouche sur une condamnation que dans 1 % des cas. Si les femmes hésitent à franchir le pas, c’est aussi parce qu’elles se méfient des institutions judiciaires. 
Par Salomé Dionisi
Ne sommes-nous pas des femmes ?
Intersections 15 mai 2024

Ne sommes-nous pas des femmes ?

L’actrice Nadège Beausson-Diagne, qui a lancé le #Memepaspeur dans le cinéma africain, raconte les violences sexuelles subies en tant que femme noire dans un État raciste et patriarcal et interpelle les féministes blanches sur l’invisibilisation de ces vécus.
Cette école qui classe, trie, sépare
Éducation 1 mai 2024 abonné·es

Cette école qui classe, trie, sépare

Deux essais pointent la ségrégation à l’œuvre dans l’éducation en France. Les pistes pour y remédier existent, à condition que s’exprime un volontarisme politique à la hauteur des enjeux de mixité sociale. 
Par Laurence De Cock