Du pollueur écouté au pollueur régulé

Les multinationales les plus polluantes sont sponsors des négociations sur le climat lors des COP. Une omniprésence et un lobbying utilisés pour vider de toute substance les politiques climatiques.

Maxime Combes  • 5 décembre 2018 abonné·es
Du pollueur écouté au pollueur régulé
© photo : Renault-Nissan, avec d’autres multinationales polluantes, était partenaire de la COP 21, en 2015. PATRICK KOVARIK/AFP

Confierait-on la lutte contre le tabagisme aux cigarettiers ? Celle contre la délinquance routière aux chauffards ? Non. C’est pourtant en partie ce qui est fait en matière de lutte contre les dérèglements climatiques. Les multinationales du charbon, du gaz et du pétrole, les banques et les assurances qui les financent, les constructeurs automobiles, les cimentiers et les industriels de la chimie bénéficient pleinement d’un principe trop mal connu : « pollueur

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans
Le temps du climat
Temps de lecture : 4 minutes