Ubérisation : Les coursiers sont des salariés déguisés

La Cour de cassation a rendu un arrêt qui fera date.

Politis  • 5 décembre 2018
Partager :
Ubérisation : Les coursiers sont des salariés déguisés
© Julien Mattia / NurPhoto

La Cour de cassation a rendu le 28 novembre un arrêt qui fera date dans la bataille contre l’ubérisation du travail. Un livreur à vélo qui poursuivait la plateforme Take Eat Easy a été requalifié en salarié, au regard du « pouvoir de sanction » que la plateforme avait sur lui, preuve qu’il pédalait « sous l’autorité d’un employeur », selon la plus haute juridiction. Entretemps, l’application de livraison de repas a fait faillite, mais cet arbitrage fera jurisprudence, à un moment où les plateformes Internet tentent de se parer d’un cadre légal a minima pour ne pas devoir à leurs « partenaires » les droits attachés aux salariés (cotisation chômage, indemnité de licenciement, paiement des heures supplémentaires, congés payés, etc.). La majorité a tenté de créer une « charte de droits sociaux » pour les protéger du risque de requalification, mais l’amendement à la loi avenir professionnel a été retoqué par le Conseil constitutionnel, car considéré comme un cavalier législatif.

Les livreurs et chauffeurs rechignent souvent à engager des poursuites, préférant à court terme le statut d’indépendant, non protecteur, mais plus rémunérateur. C’est un accident qui a convaincu le jeune coursier autoentrepreneur de déposer plainte. Deliveroo et consorts font néanmoins l’objet de nombreuses plaintes pour salariat déguisé, pour lesquelles les prud’hommes se déclarent souvent incompétents, ce qui ne sera plus possible au regard de l’arrêt de la Cour de cassation. La survie du modèle est donc en question, d’autant plus que l’Inspection du travail et l’Urssaf ont de leur côté intenté des actions en justice contre les plateformes sur le même motif de salariat déguisé.

Travail
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Emmanuel Macron défend les intérêts des plateformes contre ceux des travailleurs »
Entretien 20 février 2024

« Emmanuel Macron défend les intérêts des plateformes contre ceux des travailleurs »

Alors que le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil de l’Europe s’étaient mis d’accord pour instaurer une présomption de salariat pour les travailleurs des plateformes, Emmanuel Macron a réussi à faire échouer le projet de directive. Entretien avec Leïla Chaibi, députée européenne LFI.
Par Lucas Sarafian
Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail
Travail 16 février 2024

Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail

Depuis son arrivée à la tête d’un « superministère » regroupant le Travail, la Santé et les Solidarités, Catherine Vautrin ne s’est que très peu exprimée sur le sujet du travail, abandonnant des agents du ministère inquiets et laissant les politiques libérales être décidées à Matignon.
Par Pierre Jequier-Zalc
L’arrêt menstruel, « un sujet de société et de santé publique »
Droits 14 février 2024

L’arrêt menstruel, « un sujet de société et de santé publique »

Le Sénat examine ce 15 février un texte qui permettrait aux femmes de bénéficier d’un arrêt de travail et d’un suivi médical en cas de règles douloureuses. Le bilan dressé par les communes ayant testé le dispositif apparaît positif. Mais le texte pourrait être bloqué par la droite.
Par Luna Guttierez
À Alfortville, après deux ans de grève, la lutte des sans-papiers de Chronopost continue
Luttes 11 janvier 2024

À Alfortville, après deux ans de grève, la lutte des sans-papiers de Chronopost continue

Depuis 2 ans, ces travailleurs sont en grève pour obtenir leur régularisation. Recrutés illégalement avec des conditions de travail dangereuses, ces exploités modernes ne bénéficient d’aucun droit.
Par Luna Guttierez