Le roman d’un tricard

Avec Michel Houellebecq, dont Sérotonine paraît ces jours-ci, le pire est toujours sûr, y compris en matière de littérature.

J e n’aurais peut-être pas fait grand-chose de bien dans ma vie, mais au moins j’aurais contribué à détruire la planète. » Et revoilà l’inénarrable « esprit de provocation » de Michel Houellebecq ! Mais non, erreur ! Ici, ce n’est pas l’auteur qui s’exprime. Il l’a fait ailleurs, récemment dans le magazine américain Harper’s, où il a tressé des éloges à Donald Trump, – « un des meilleurs présidents américains que j’aie jamais vus ». Dans ce septième roman, Sérotonine, c’est son narrateur qui parle, un hétéro-beauf de 46 ans, violemment homophobe, tout autant anti-écologiste, et qui « n’a rien à reprocher aux femmes ». Au contraire, il éprouve pour elles de grands et purs sentiments. La preuve, à propos de Yuzu, une Japonaise qu’il a aimée, il dit : « Ce ne furent pas ses qualités d’escort girl “haut de gamme” qui me firent m’éprendre de Yuzu, mais bel et bien ses qualités de pute ordinaire. »

Si Michel Houellebecq avait voulu créer un personnage à son image, il ne l’aurait pas décrit « baraqué, trapu » et encore moins « un peu alcoolique ». Voilà donc un personnage inédit de roman : Florent-Claude Labrouste, ingénieur agronome, broyant du noir, et absorbant chaque jour un comprimé de Captorix, un antidépresseur lié à la sérotonine, qui lui permet de traverser le quotidien sans terreur mais avec la libido à plat. Du jamais vu chez Houellebecq, non ?

Misère sexuelle, misère de l’époque – ces deux thématiques récurrentes chez l’auteur des Particules élémentaires –, et, en fin de compte, misère de la littérature. Car Sérotonine rejoint ses prédécesseurs au rang de roman de pacotille.

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents