L’exil de l’autre côté du lac

Fuyant l’est du Congo, miné depuis vingt ans par les violences, des réfugiés tentent de s’inventer une nouvelle vie en Ouganda.

Maïa Courtois  • 23 janvier 2019 abonné·es
L’exil de l’autre côté du lac
photo : Alphonsine et Valens vivent depuis six ans avec leur trois enfants au campement de Rwamwanja. Anciens cultivateurs en RDC, ils possèdent un élevage de 340 poules.
© Maïa Courtois

Adeline époussette la terre à ses pieds, une gerbe de paille à la main, un long tissu beige noué autour de la taille. Elle se relève. « Les gens cherchent un endroit où il y a la paix. Là-bas, il y a beaucoup de souffrance. Là-bas, on tue même les innocents. » La jeune femme de 23 ans montre vaguement de la main la rive du lac : « Je suis arrivée ici il y a trois mois. En bateau, un peu plus loin sur la côte. »

À lire aussi >> Joseph Kabila verrouille la démocratie congolaise

Elle est née de l’autre côté du lac Albert. Le bleu de l’eau devient plus sombre et plus effacé à mesure que le regard se porte vers la ligne d’horizon. Au loin, les montagnes de la République démocratique du Congo (RDC). Sebagoro, le village de pêcheurs où vit désormais Adeline, avec ses cahutes et ses minuscules poissons répandus sur le sol, fait face aux montagnes grises. Elles semblent irréelles. Le lac frontière, où commercent quotidiennement des pêcheurs des deux rives, sépare son pays en guerre de cet État en paix qu’est l’Ouganda.

Ils sont entre dix et vingt exilés par jour à arriver de RDC à Sebagoro. Lors du dernier pic, début 2018, ils pouvaient être « 300 ou 500 », se souviennent les volontaires du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) installés sur le parvis du centre de réception. Les barques viennent accoster là, sur le banc de sable, au bout de trois, quatre heures ou plus de traversée – « ça dépend du moteur ». L’armée ougandaise repère les pirogues depuis son poste sur la rive et alerte le HCR pour assurer les procédures de débarquement : vérifications de sécurité, examen sanitaire centré sur Ebola, dont l’épidémie s’étend en RDC. « Certains ont aussi la malaria ou d’autres maladies dues aux forêts du Congo », explique

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle
Reportage 28 février 2024 abonné·es

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle

Face à la purge menée par l’actuel gouvernement pro-russe, les artistes et les responsables d’institutions culturelles se rebiffent. Ils dénoncent une mainmise du Kremlin sur le pays, qui a redoublé depuis le début de la guerre totale en Ukraine, et luttent contre le retour de l’influence russe.
Par Audrey Lebel
En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens
Allemagne 26 février 2024

En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens

Une association étudiante de l’université de Bayreuth, en Bavière, est attaquée en justice après avoir organisé un colloque en faveur d’une paix juste et durable au Proche-Orient entre les peuples palestinien et israélien.
Par Denis Sieffert
Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose
Reportage 23 février 2024

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose

Un rassemblement en hommage à Navalny s’est tenu le 22 février à Paris. Politis s’y est rendu pour comprendre comment les Russes en exil voient désormais la lutte contre le régime de Poutine.
Par Pauline Migevant
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro