« The Hate U Give » : Donner de la voix

Dans The Hate U Give – La haine qu’on donne, George Tillman Jr montre la politisation d’une jeune fille noire face au racisme.

Le bonheur règne dans la famille Carter : les parents, Lisa (Regina Hall) et Maverick (Russell Hornsby), s’aiment et entourent de tendresse leurs enfants, dont l’aînée s’appelle Starr (Amandla Stenberg). Ils vivent dans un quartier relégué et violent, Garden Heights, à majorité noire. Pour les épargner et pour qu’ils s’en sortent, les Carter ont mis leurs enfants dans un lycée lointain et privé, fréquenté par les Blancs. Comme Janus, Starr a deux visages : réservée et habillée strict au lycée, sans apprêt et parlant familièrement chez elle.

The Hate U Give – La haine qu’on donne, sixième long métrage de George Tillman Jr, débute comme un teen movie inoffensif, qui, par le biais de Starr, infiniment plus à l’aise dans son milieu mais dont le petit copain est blanc, met en regard deux mondes qui s’ignorent. Puis intervient l’événement tragique – l’ami d’enfance de Starr, Khalil (Algee Smith), est tué sous ses yeux par un policier à l’occasion d’un contrôle – qui fait basculer le film. Mais la focale reste sur Starr – et c’est là son intérêt –, d’abord totalement démunie.

Il reste 59% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents