Affaire Benalla : le parquet s’attaque à Mediapart

Quatre jours après de nouvelles révélations de Mediapart sur Alexandre Benalla et Vincent Crase, le parquet a tenté de perquisitionner le média dirigé par Edwy Plenel.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est à la fin de la rituelle grande conférence de rédaction hebdomadaire que Mediapart a reçu ce lundi matin la visite de deux procureurs de la République et trois policiers, dont un commissaire divisionnaire de la brigade criminelle. Refusée par les intéressés (comme ils en avaient le droit), cette perquisition entre dans le cadre d’une enquête préliminaire pour atteinte à l’intimité de la vie privée d’Alexandre Benalla et Vincent Crase, et sur les circonstances de l’enregistrement de leur conversation révélée par Mediapart, et de l'obtention de celui-ci. « Cette enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris qui n’est pas entre les mains de juges d’instruction indépendant du pouvoir politique », note le journaliste Fabrice Arfi, à qui le procureur adjoint de la République de Paris a notifié la possibilité de rendre cette perquisition coercitive grâce à un mandat du juge de la liberté et de la détention.

Cette perquisition visait à récupérer des documents relatifs à la publication de l’enquête des journalistes Marine Turchi et Antton Rouget, publiée jeudi 31 janvier. Fondée « sur une dizaine de sources indépendantes », cette enquête démontre, entre autres, la violation du contrôle judiciaire d’Alexandre Benalla et Vincent Crase – puisqu’elle révèle qu’ils se sont rencontrés et ont discuté de leur volonté de dissimuler des preuves –, et leur implication dans la négociation d’un contrat de sécurité avec l’oligarque russe Makhmudov, proche de « la pire mafia moscovite ».

« Nous n’avons commis aucun délit, nous n’avons fait que révéler des faits d’intérêts publics. À tel point que les juges chargés des violences du 1er mai se sont manifestés. Nous avons reçu une demande de communication des pièces que nous avons révélées. À Mediapart, nous y avons toujours fait droit », insiste Edwy Plenel qui s'interroge également sur l'arrière-plan politique de cette action judiciaire. « Le procureur de la République [a été] nommé récemment par le président de la république lui-même, qui a refusé les trois noms proposés par le Conseil supérieur de la magistrature, et validés par la garde des sceaux et le premier ministre. »

« Ces diligences intolérables du parquet »

Cette perquisition étonne, d’autant plus qu’une partie des motifs restent douteux. « Le procureur a laissé entendre que l’enquête est à l’initiative du parquet. Si cela est vrai, c’est très grave. Car dans le cadre du délit d’atteinte à la vie privée, le parquet ne peut pas se substituer à une personne privée. Il faut une plainte préalable d’une personne s’estimant atteinte dans sa vie privée pour que le parquet ait l’opportunité des poursuites. » explique Fabrice Arfi. « S’il n’y a pas de plainte préalable, la perquisition serait nulle. De plus, dans les enregistrements, on ne voit nulle trace de la vie privée d’Alexandre Benalla ou de Vincent Crase. Nous avons cependant accéléré la remise des enregistrements au juge d’instruction, et nous en avons envoyé une copie au procureur de la République pour satisfaire son besoin impérieux et immédiat », ironise Emmanuel Tordjman, avocat du journal. Edwy Plenel poursuit : « Nous avons fait preuve de diligence. Mais nous n’avons à rendre compte que du contenu et des règles de bonne foi, nous n’avons pas à aller au-delà, sauf à violer les règles de droit, d’honneur et de déontologie de notre profession. »

La rapidité de la mise en branle du système judiciaire pour une supposée atteinte à la vie privée étonne également Fabrice Arfi : « Ces diligences intolérables du parquet tranchent singulièrement avec la lenteur et la mollesse du même parquet de Paris qui, au début de l’affaire des violences commises par monsieur Benalla le 1er mai, a mis 48 heures à perquisitionner son domicile, au prétexte que la clef avait été perdue. Intervalle durant laquelle la chambre forte de monsieur Benalla a disparu ! »

« Une tentative d’atteinte au secret des sources ! »

Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières, dénonce « une affaire non seulement importante mais inquiétante », qui révèle la situation périlleuse du journalisme d’investigation qui ne cesse de « subir des attaques multiples, notamment sur la plan judiciaire, avec des procédures baillons. C’est ici une tentative d’atteinte au secret des sources ! » Fabrice Arfi insiste sur ce dernier point et dénonce « l’habillage juridique grave » d’une manœuvre visant à « trouver les sources de Mediapart pour que les révélations qui font paniquer l’exécutif prennent fin. »

Dans un climat liberticide, il s’agit de questionner cette opération judiciaire. Si celle-ci est grossièrement téléguidée par le gouvernement, n’est-ce pas l’indice que les dérives d’Alexandre Benalla, loin des dénégations de la macronie, revêtent bien la dimension d’une affaire d’État ? Ce qui est certain, c’est qu’« on n’a pas fini d’être stupéfait de la manière dont cette affaire est gérée », comme l’a souligné le journaliste Antton Rouget, coauteur de l’enquête de Mediapart.


Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents