Aux sources de l’ESS, le mouvement social

Des sociétés de secours mutuel du XVIIIe siècle aux Scop de luttes, retour sur une histoire d’innovation et d’émancipation.

Si l’on excepte les « œuvres », cette économie des charités religieuses et de la philanthropie, l’ESS est essentiellement issue du mouvement social. Défiant la très libérale loi Le Chapelier (1791), qui prohibait toute forme de société civile organisée, ce sont des victimes des violences sociales de la première révolution industrielle qui portent les premières initiatives, qu’il s’agisse des sociétés de secours mutuel, des associations ouvrières de production ou des coopératives de consommation ; ce sont des petits producteurs ruraux qui créent les premières caisses locales de crédit.

Beaucoup de ceux qui animent ces structures sont aussi des militants de la cause de l’émancipation. Proudhoniens, fouriéristes, marxistes ou anarchistes assurent une dialectique entre mouvement des idées et initiatives économiques et sociales. L’innovation est partout pour faire face aux besoins du temps.

Le Crédit au travail est la première banque au service des associations de production (aujourd’hui les Scop) ; parmi ses créateurs : Élie Reclus, frère d’Élisée et ami de Bakounine. La Marmite est exemplaire à bien des égards. Ce premier restaurant coopératif est créé en 1868 par des militants de la mutuelle ouvrière des relieurs parisiens, en premier lieu Eugène Varlin, qui sera un dirigeant de la Commune. La Marmite offre une restauration méridienne à prix modérés, accessible aux travailleurs de la capitale, intégrant hygiène et diététique ; elle se fournit auprès de petits maraîchers et met en œuvre une centrale d’achats. Propriété collective, démocratie interne, innovation économique, cette entreprise compte à la veille de 1870 plusieurs milliers d’adhérents et plusieurs établissements.

Quand Fernand Pelloutier pense ses « Bourses du travail », elles sont à la fois des lieux syndicaux et des maisons d’économie sociale ; s’y retrouvent mutuelles ouvrières, coopératives de production et de consommation, associations d’éducation populaire : tout le mouvement social du temps sous le même toit.

Il reste 54% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents