Good gendarmes, bad cops

Les militaires n’ont tiré « que » 1 065 balles de défense, et ça, ça interroge Le Monde.

L*’*on avait appris, le 30 janvier, que les forces de l’ordre (FDO) – gendarmes et policiers – avaient procédé, pour la répression des manifestations qui, tous les samedis, ponctuent depuis le 17 novembre 2018 le quinquennat de M. Macron, à 9 228 tirs de lanceur de balle de défense (LBD). Soit, tout de même, si l’on établit une moyenne : 769 tirs par week-end.

Revenant la semaine dernière, et dans un long article, sur cette statistique, Le Monde s’est d’abord appliqué à donner de l’écho à la communication de la gendarmerie, qui venait de tambouriner qu’elle n’avait, quant à elle, « effectué » qu’un tout petit neuvième de ces 9 228 tirs. (Et que tous les autres étaient par conséquent imputables à la police : honte sur vous, les flics, vous ne savez pas vous tenir.)

Le Monde s’est passionné pour cette pondération : ces militaires n’ont tiré « que » 1 065 balles de défense, et ça, vraiment, ça « interroge » – retenons ce mot –, a professé le quotidien du soir. Sous-entendu: ça pose de graves questions sur la grossière intempérance des autres FDO.

Il reste 69% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents