Le pacte qui valait 1 000 milliards

Un projet de banque européenne pour le climat rencontre un certain consensus. Gare tout de même aux solutions miracles.

Erwan Manac'h  • 27 mars 2019 abonné·es
Le pacte qui valait 1 000 milliards
© crédit photo : ESA/GETTY IMAGES/AFP

Les bonnes nouvelles sont rares sur le terrain climatique. C’est pourquoi elles interpellent. Surtout quand elles pèsent « 1 000 milliards d’euros » et sont louées aux quatre coins de l’échiquier politique. Il faut dire que l’énoncé est percutant : les 1 115 milliards d’euros nécessaires (1) pour financer la transition écologique sont là, presque sous nos yeux, entre les mains de la Banque centrale européenne (BCE).

Après tout, « nous avons débloqué 2 600 milliards pour sauver les banques [depuis 2015], nous pouvons bien engager 1 000 milliards pour sauver le climat », résume Pierre Larrouturou, économiste et communicant hors pair, qui porte le « pacte finance-climat » avec le climatologue Jean Jouzel.

La BCE, c’est vrai, a injecté dans le circuit bancaire des sommes astronomiques pour mettre sous perfusion un système tétanisé par la crise de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 8 minutes