Au fil de l’eau et des mots

Anne-James Chaton publie L’Affaire La Pérouse, sur un mystérieux naufrage, et participe à ZOO, une pièce inspirée de La Ferme des animaux d’Orwell.

S’inscrivant dans le sillage artistique de Bernard Heidsieck, Anne-James Chaton – dont le nom glisse si joliment dans l’oreille – compte parmi les voix majeures de la poésie sonore en France. On peut entendre l’une de ses pièces (1) dans l’exposition que le Palais de Tokyo consacre actuellement à cette forme moderne de poésie. On peut aussi le voir et l’entendre en action dans une performance (Some Songs) fraîchement mise en ligne sur le site internet du Jeu de paume.

En parallèle de ses prestations scéniques, effectuées seul ou en collaboration avec des musiciens ou créateurs sonores, Anne-James Chaton conçoit régulièrement des livres. Dans L’Affaire La Pérouse, son nouvel ouvrage, il se penche sur l’une des grandes énigmes de l’histoire maritime française – un projet d’écriture né précisément au bord de la mer.

« Me trouvant en résidence à Tanger en 2014, je me rendais tous les matins dans un café avec une terrasse donnant sur le détroit de Gibraltar, raconte l’auteur. De là, je voyais passer des bateaux naviguant entre la Méditerranée et l’océan Atlantique. À ce moment-là, je lisais 20 000 Lieues sous les mers de Jules Verne, un auteur que je fréquente beaucoup depuis des années. Il se trouve que Jules Verne évoque l’expédition La Pérouse dans ce roman. Ça a éveillé mon intérêt, j’ai cherché à en savoir davantage et l’idée d’un livre a émergé peu à peu. »

Il reste 67% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au nom de l’humanité

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents