Robert Guttmann : « Le néolibéralisme à l’américaine est en voie d’extinction »

Les guerres commerciales déclenchées tous azimuts par Donald Trump accélèrent les grandes crises de l’économie mondiale, selon l’économiste Robert Guttmann.

Erwan Manac'h  • 26 juin 2019 abonné·es
Robert Guttmann : « Le néolibéralisme à l’américaine est en voie d’extinction »
© photo : Le couple Trump et le couple Macron lors des cérémonies du 6 juin 2019 en Normandie.crédit : MANDEL NGAN/AFP

En enchaînant les conflits et les coups de menton, dans une fuite en avant perpétuelle, Donald Trump bouleverse encore davantage une économie mondiale dépassée et ébranlée par la crise climatique, estime l’économiste états-unien Robert Guttmann. Il faudra un siècle, assure-t-il, pour mesurer les conséquences de son passage à la Maison Blanche.

Jusqu’où les guerres commerciales peuvent-elles aller selon vous ? Faut-il craindre une escalade ou ne voir dans ces oppositions que des postures ?

Robert Guttmann : La réponse que feront les nations sera évidemment déterminante, mais la réélection ou non de Donald Trump en 2020 le sera plus encore. Les droits de douane sont le plus petit dénominateur commun de toutes ses obsessions, sans que ce soit forcément corrélé aux intérêts commerciaux des États-uniens. Il se moque de toutes les autres composantes des problèmes du pays et n’écoute aucun conseil qui irait contre son intuition. Il limoge systématiquement ceux de son entourage qui s’opposent à lui. En trois ans, il a changé deux fois plus de conseillers que Barack Obama en huit ans. C’est un dictateur du XXIe siècle. Il sait que son seul avantage est son imprévisibilité et terrorise tout le monde en s’enfonçant dans une fuite en avant.

Ainsi, Donald Trump est obsédé par le déficit commercial des États-Unis, alors que la situation est en réalité assez normale : les dollars doivent sortir des frontières pour jouer leur rôle de monnaie internationale, et les règles de comptabilité obsolètes faussent l’analyse de la balance commerciale. Par exemple, les portables Apple achetés aux États-Unis sont comptabilisés comme des produits 100 % chinois, alors que la Chine ne réalise que l’assemblage, ce qui représente 10 à 15 % de la valeur du produit.

Le Président pense que le déficit est dû à de mauvais accords signés par ses prédécesseurs, et il s’estime le seul capable de renégocier tous les traités commerciaux, parce qu’il serait le meilleur négociateur du monde. C’est en réalité l’inverse. Sa stratégie de négociation est aveugle : il est incapable de compromis et de diplomatie. Il utilise ses mafias, pose un ultimatum et, en cas de blocage, rompt les discussions. Car, derrière sa force de façade, c’est un enfant en crise d’angoisse perpétuelle. Il est atteint d’une vraie maladie

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 13 minutes