« Macron joue l’opinion contre les profs »

Dénonçant une « prise d’otages » par les enseignants grévistes du bac 2019, le Président a renouvelé son soutien à Blanquer. Le Snes-FSU dénonce l’absence de dialogue et le mépris du pouvoir.

Ingrid Merckx  • 10 juillet 2019 abonné·es
« Macron joue l’opinion contre les profs »
© photo : Des enseignants grévistes présentent des paquets de copies du bac corrigées mais non remises, le 5 juillet. crédit : Alain Pitton/NurPhoto/AFP

Le bac 2019 s’achève dans un contexte d’affrontement entre des enseignants et un ministère. La grève des surveillances d’examen puis la rétention des notes a accentué le bras de fer. Mais le ministre a maintenu le passage en force sur ses réformes et tente de jouer l’opinion contre les profs. « Quelques radicaux » ont été accusés de « prendre en otage les élèves » par Emmanuel Macron lui-même quand il a renouvelé sa confiance en son ministre, le 7 juillet, sur France Info. Dans l’attente des notes retardées, des « solutions » ont été annoncées pour calculer des notes de bac provisoires à partir des notes obtenues par les élèves pendant l’année. Le ministère a dénombré une centaine de jurys perturbés sur 1 500. Plutôt 300 selon le collectif Bloquons Blanquer, qui a recensé 126 000 copies manquantes là où le ministère en compte 30 000. Une quantité de dysfonctionnements signalés dans les jurys de délibération circulent dans les collectifs enseignants. Certains jurys se sont terminés avec des notes « mises au hasard » par des enseignants contraints ou non correcteurs, voire des proviseurs seuls par endroit. Ce bac 2019 a généré des inégalités de traitement tels que des familles pourraient engager des recours en justice. Les enseignants se préparent à une rentrée tendue. Entretien avec Frédérique Rolet, secrétaire générale du

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Sur la guerre en Ukraine, les gauches n’arrivent (encore) pas à s’unir
Politique 1 mars 2024

Sur la guerre en Ukraine, les gauches n’arrivent (encore) pas à s’unir

Socialistes et écologistes veulent que la France soutienne davantage militairement l’armée ukrainienne. Insoumis et communistes plaident pour la voie diplomatique. Tous n’hésitent pas à jouer l’affrontement en ce début de campagne des européennes.
Par Lucas Sarafian
« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier