« Fête de famille », de Cédric Kahn : Le prix de l’originalité

Dans Fête de famille, Cédric Kahn interroge avec nuance le regard porté sur les névroses de groupe et les comportements limites.

Une voiture pénètre dans le parc d’une belle demeure. Le soleil est radieux. À son bord, Vincent (Cédric Kahn), l’un des deux fils des propriétaires, sa femme et ses deux enfants. L’autre fils, Romain (Vincent Macaigne), est déjà sur place, accompagné de sa énième nouvelle petite amie (Isabel Aimé Gonzalez Sola). On vient fêter l’anniversaire de la maîtresse de maison, Andréa (Catherine Deneuve), qui a auprès d’elle un mari effacé. Les premiers plans confirment ce qu’annonce le titre : il s’agit bien d’un film de famille.

Encore un ! – pourrait-on dire – avec ses figures imposées, d’un naturalisme vu et revu : ces réunions d’abord enjouées, puis tournant vinaigre pour terminer dans un règlement de comptes ­sanglant. Mais il n’en est rien. Le nouveau film de Cédric Kahn, après les très réussis Vie sauvage (2014) et La Prière (2018), n’est pas un objet rebattu. Plus exactement, il prend en compte ce qui constitue l’une des caractéristiques de la famille : les névroses qu’elle engendre. Et il les pousse à leurs limites, là où on ne sait plus très bien s’il y a déviance ou pas, démence ou pas. Il y aurait donc erreur à identifier trop vite ce film, qui distille a priori quelques signes reconnaissables, mais prend vite un tour beaucoup plus riche et complexe.

L’agent de perturbation se nomme Claire (Emmanuelle Bercot). Elle est la fille d’Andréa et du premier mari de celle-ci, décédé depuis longtemps – il s’est suicidé. Vivant depuis trois ans en Floride, Claire crée la surprise en revenant pour la première fois au domicile familial, où elle a laissé sa propre fille (Luana Bajrami), qui la rejette. Vincent va chercher Claire dans la ville voisine, tandis qu’un orage vient d’éclater. Sa première apparition à l’écran est éloquente : sous une pluie battante, détrempée, elle attend dans le recoin d’une porte, et quand elle veut se saisir de ses bagages, elle les fait tous tomber. Puis elle éclate en sanglots dans la voiture. Pas la grande forme !

Il reste 66% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents