Agents seuls

Quoi qu’ils fassent, les cheminots butent invariablement sur le même mur d’incompréhension.

Erwan Manac'h  • 23 octobre 2019
Partager :
Agents seuls
© Denis Meyer / Hans Lucas / AFP

Quoi qu’ils fassent pour se faire entendre, les cheminots butent invariablement sur le même mur d’incompréhension. Les mêmes micro-trottoirs auprès des usagers « pris en otage », les mêmes trombes d’articles sur les « perturbations » attendues, le même raidissement autoritaire de la direction de la SNCF. Il n’en a pas été autrement quand, au lendemain d’un accident d’une gravité rare, le 16 octobre dans les Ardennes, un vent d’effroi a saisi le corps cheminot partout en France, déclenchant un mouvement de « droit de retrait » général.

Comme un débat sur le voile sans femme voilée, le procès médiatique s’instruit sans faire de place à l’inquiétude des cheminots sur la sécurité ferroviaire. La communication de la direction de la SNCF semble suffire à prononcer une sentence entendue : les cheminots « instrumentalisent un incident » pour des raisons bassement syndicales, orchestrent un « mouvement social inopiné » d’autant plus « inacceptable » que sa spontanéité rend tout service minimum inopérant. Édouard Philippe invite même – fait d’une extraordinaire brutalité pour un Premier ministre – la direction de l’entreprise à engager des poursuites judiciaires contre ses agents. Tout semble fait pour que la crise s’éternise.

Sauf que les cheminots ont l’appui de l’inspection du travail du Grand Est, qui considère que les incidents en cascade qui auraient pu provoquer une catastrophe, le 16 octobre, posent un « motif raisonnable de penser » que la sécurité est compromise et que leur droit de retrait est, en l’espèce, légitime. Ce jour-là, le conducteur miraculé, mais légèrement blessé dans la collision avec un tracteur de son train lancé à 150 km/h, a dû abandonner la quarantaine de passagers à bord pour disposer en urgence les signaux d’alerte sur 1 500 mètres de voie, afin d’empêcher un accident supplémentaire.

Les cheminots ont tout tenté, pour dire notamment leur inquiétude face à la généralisation programmée des trains circulant sans contrôleur, dispositif dit « agent seul », dont l’inspection du travail préconise aujourd’hui la suspension. Mais ils ont tout perdu et voient en prime leurs droits syndicaux drastiquement réduits, comme dans toutes les entreprises. Le retrait apparaît donc comme un ultime réflexe de plus en plus fréquent. Comme le 14 octobre en gare Saint-Lazare, à Paris, à la suite de sept agressions de contrôleurs en l’espace d’un week-end, par des usagers excédés par les transformations et les dysfonctionnements. Refuser de les entendre, c’est aggraver leurs maux.

Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don