Destin d’un transclasse

Martin Eden, de Pietro Marcello, place le roman de Jack London dans un contexte italien mais en respecte l’esprit.

C’est une belle audace dont fait preuve Pietro Marcello en s’attaquant, pour son cinquième long métrage, à une adaptation de Martin Eden. Non parce que le roman de Jack London soulèverait des difficultés de reconstitution particulières. Mais, précisément, l’ambition du cinéaste était autre que d’en offrir une sage illustration.

Premier étonnement : l’action se passe à Naples, et le jeune marin Martin Eden est un bel Italien (interprété par Luca Marinelli, récompensé à la dernière Mostra par le prix d’interprétation). L’univers cinématographique suscité est tout autre que si le film était tourné aux États-Unis : il oscille entre le réalisme des premiers films pasoliniens et le faste décadent d’un Visconti.

Second défi : le cinéaste a cherché à rendre le présent de l’action incertain. Certes, l’intrigue se déroule principalement vers le début du XXe siècle. Mais des images documentaires datant des années 1970 ou 1980 surgissent comme autant de projections mentales dans l’esprit de Martin Eden. En outre, la bande-son réserve des surprises, avec des chansons qui datent notamment des années 1970 (« Salut », de Joe Dassin). Tandis que certains vêtements ou des personnages secondaires et des figurants évoquent d’autres périodes, comme celle du fascisme.

Ces différences géographiques et ces sauts temporels ne sont pas sans créer des chocs esthétiques, qui arrachent le film à l’adaptation littérale du roman, plus encore que les ellipses narratives inévitables. Mais ils ne le rendent pas hétéroclite.

Il reste 65% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.