« Gloria Mundi », de Robert Guédiguian : Une ère glaciaire

Dans Gloria Mundi, Robert Guédiguian met en scène les conséquences de l’assimilation par les classes populaires de la logique néolibérale. Une œuvre puissante et somptueuse.

Il fait sacrément froid dans le nouveau film de Robert Guédiguian, et pas seulement parce qu’il se déroule au mois de décembre. Gloria Mundi est une tragédie renouant avec les films les plus noirs du cinéaste, tel La Ville est tranquille (2000). Mais, il y a vingt ans, ses personnages n’étaient pas encore contaminés par le discours néolibéral ambiant. Désormais, le peuple que montre Guédiguian s’est noyé « dans les eaux glacées du calcul égoïste », selon la formule de Marx et Engels dans Le Manifeste du…

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents