L’aura d’Isadora

Figure iconique au destin tragique, l’Américaine Isadora Duncan réapparaît dans un spectacle et dans un film.

Née en 1877, Isadora Duncan est d’abord entrée dans l’histoire grâce à son art choré-graphique libre et audacieux, en rupture franche avec le ballet classique. L’aura qui l’entoure résulte également d’une existence particulièrement tragique. En avril 1913, Deirdre et Patrick, ses deux enfants, âgés de 6 et 2 ans, se noient dans la Seine, à Paris, lors d’un accident de -voiture. Ce drame terrible éveille en elle une « douleur intarissable », ainsi qu’elle l’écrit dans son auto-biographie (1), et lui…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents