Pierre, 43 ans, CRS

« Je partirai à 60 ou 61 ans, sinon ma pension sera beaucoup trop faible. »

La police avec nous ? Si, parmi les manifestants de tous poils, tout le monde ne déteste pas la police, l’idée apparaît tout de même comme saugrenue. Mais cet appel lancé ici et là dans les cortèges trouve un début de réponse du côté des bleus. « Nous ne vivons pas en dehors de la société », réagit sèchement Pierre (1) avant de poursuivre : « Nous avons tous dans notre famille des personnes impactées par les réformes ou au chômage. » Une vingtaine d’années de service au compteur, ce CRS promet un sursaut…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents