Faut que ça danse !

Notre Voyage autour de nos chambres #13 vous propose un panorama sélectif de la danse sur internet pour garder l’esprit autant que le corps en mouvement !

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Portée par la Maison de la danse de Lyon et le Centre national de la danse (CND) à Pantin, la plateforme multimédia Numéridanse constitue la principale référence généraliste sur internet en France dans le domaine chorégraphique. Entièrement gratuite, elle donne accès à un vaste fonds éclectique (extraits de spectacles ou captations intégrales, documentaires, interviews, créations vidéo…) couvrant tous les styles – de la danse classique au hip-hop en passant par le butô, le jazz, le contemporain, le flamenco, les danses traditionnelles ou encore la performance.

Interaction

De surcroît, Numéridanse réagit à la crise actuelle en lançant Animal Kingdom, un projet participatif original mené avec la compagnie du chorégraphe Akram Khan. Le principe : incarner plusieurs animaux de son choix en dansant (seul·e, à deux ou en groupe), filmer le tout en vidéo et déposer la vidéo sur Numéridanse. Via la plateforme, un royaume animal imaginaire reliant entre elles toutes les vidéos (et toutes les danses) réalisées doit ainsi se développer.

Dans le même esprit, Rosas, la compagnie d’Anne Teresa de Keersmaeker, invite chaque internaute à réinterpréter librement – en s’aidant d’un tutoriel vidéo – la fameuse « scène des chaises » de Rosas danst rosas, pièce de 1983 qui a révélé la chorégraphe belge, puis à en faire un petit film. Les vidéos peuvent être ensuite postées sur le site dédié au projet.

Visualisation

Contraint de fermer ses portes sine die, comme toutes les salles de spectacle en France, le Centre national de la danse (CND) met à disposition diverses ressources alternatives sur son site ou sur son compte Instagram. Par exemple, des vidéos permettant de redécouvrir l’exposition consacrée au chorégraphe Pierre Droulers en 2019 ou des montages sonores donnant à entendre Laurence Louppe (critique et historienne de la danse).

Des fiefs prestigieux tels que l’Opéra de Paris et le Théâtre Bolchoï à Moscou proposent, quant à eux, de (re)découvrir en vidéo certains de leurs spectacles emblématiques, notamment Le Lac des cygnes.

Relaxation

De son côté, La Place de la danse (à Toulouse) utilise sa page Facebook pour proposer une balade dans l’histoire de la danse à travers des notules avec vidéo et pour donner des informations sur le réseau des Centres de développement chorégraphique nationaux (CDCN).

Figure majeure de la danse contemporaine française, Mathilde Monnier partage tous les jours ou presque des exercices de relaxation et des astuces de respiration via le compte Instagram de la Halle Tropisme à Montpellier : un bon moyen de se détendre le corps et de s’aérer l’esprit en milieu confiné.

Lire aussi : La BNF, trésor national à domicile

Pour lire tous les articles de la série > #AutourDeNosChambres


Haut de page

Voir aussi

Articles récents