Attaché·es de presse indépendant·es : « La crise révèle notre précarité »

Les attaché·es de presse indépendant·es ont besoin d’une aide urgente. Explications de Viviana Andriani et Laurence Granec.

Christophe Kantcheff  • 20 mai 2020 abonné·es
Attaché·es de presse indépendant·es : « La crise révèle notre précarité »
©Les attachés·es de presse indépendant·es se mobilisent pour être entendu·es. Photo : LaurËne Bourdais/AFP

Le Clap, pour le Cercle libre des attaché·es de presse de cinéma. Cette association a été rapidement créée par des attaché·es de presse indépendant·es à la suite de la fermeture des salles. Objectif : faire reconnaître leur profession par l’institution, à savoir le Centre national du cinéma. Il y a urgence, car leur précarité accrue risque d’en laisser plusieurs sur le carreau. Leur rôle est pourtant essentiel dans la réception des films.

Laurence Granec et Viviana Andriani, respectivement présidente et trésorière du Clap, expliquent ici leur action et parlent de leur métier, méconnu et trop souvent négligé.

Pourquoi avoir créé le Clap ?

Laurence Granec : Nous y réfléchissions depuis longtemps. Notre métier manque de reconnaissance au sein des instances du cinéma. La fermeture des salles a précipité les choses. Nous solidariser

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 7 minutes