« Thomas Sankara n’est pas mort », de Lucie Viver : À hauteur de champs et de rues

Thomas Sankara n’est pas mort, de Lucie Viver, est une traversée poétique et politique du Burkina Faso.

Le pays des hommes intègres » est la traduction littérale de « Burkina Faso », nom choisi par Thomas Sankara, associant deux langues de son pays, pour le substituer à « Haute Volta ». Nom splendide dû à la puissance politique de ces mots, à leur résonance poétique aussi. Le Burkina Faso était peut-être le seul endroit au monde où il était possible de mêler aussi intimement poésie et politique. C’est ce qu’a fait Lucie Viver, dont c’est ici le premier long-métrage. Avec son micro et sa caméra, elle suit…

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.