Auguste Escoffier, un temps d’avance

Mêlant archives et regards actuels, Olivier Julien livre un documentaire éclairant sur un chef cuisinier qui a révolutionné la table.

Comment changer sa vie en destin ? a dû s’interroger Auguste Escoffier (1846-1935). Tenté par les beaux-arts, il voulait devenir sculpteur ; il sera cuisinier. Placé à 13 ans chez un oncle restaurateur à Nice, il monte à Paris six années plus tard, en 1865. Si le métier de cuistot est encore peu considéré, il songe déjà que la cuisine est un art et une science, rêve du prestige dont jouissait Marie-Antoine Carême avant lui, casseroleur en chef de Talleyrand. Paris alors, dans ce mitan du XIXe siècle, est…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents