Faire contre-culture

La crise sanitaire a ébranlé les certitudes. Mais elle est venue renforcer nos convictions.

Agnès Rousseaux  • 3 juin 2020
Partager :
Faire contre-culture
© Photo : Muhammed Emin Canik / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

La crise sanitaire a ébranlé les certitudes. Mais elle est venue renforcer nos convictions : les sujets portés depuis plus de trente ans par Politis sont au cœur des choix civilisationnels auxquels nous devons faire face aujourd’hui. Notre rôle, aussi, s’en trouve confirmé : analyser la complexité de nos sociétés, identifier ce qui est structurant et essentiel, ce qui bâtit notre monde, les lignes de force de notre époque et les voies possibles. « Penser l’événement pour ne pas succomber à l’actualité », comme le disait Hannah Arendt. Lutter contre l’insignifiance et l’indifférence, provoquer des basculements intimes, susciter des débats collectifs, être un outil d’émancipation de chacun et de tous, comme Politis a su le faire depuis sa création.

Cette crise nous invite aussi à aller plus loin : la voix de notre journal doit être davantage entendue. Nous ne pouvons rester confinés dans les marges de notre société. Il nous faut pour cela inventer d’autres manières de faire du journalisme et de diffuser notre média, en phase avec les évolutions de nos lectorats, avec les nouvelles attentes de celles et ceux qui ne nous lisent plus ou qui ne nous lisent pas encore. La presse que nous défendons, engagée, exigeante, et bien sûr indépendante des pouvoirs politiques et économiques, se doit d’être accessible à tous. Comment atteindre davantage les jeunes, les classes populaires, tous ceux qui n’ont pas un accès direct à des médias indépendants, rigoureux et combatifs ?

Nous devons aussi passer un cap pour faire contre-culture et peser dans le débat public. Mutualiser nos moyens avec d’autres est une nécessité. Il y a urgence à construire, avec ceux qui partagent notre vision, des forces médiatiques à la hauteur des défis sociaux et écologiques. Travailler ensemble, dans la diversité de nos cultures et de nos analyses, de nos parcours personnels et de nos histoires collectives. Donner de l’écho à celles et ceux qui en France et dans le monde cherchent des alternatives crédibles et esquissent des réponses possibles. Poser les désaccords, organiser le débat, chercher ce qui rassemble pour sortir des crispations stériles, contribuer à construire un récit collectif qui puisse être entendu par le plus grand nombre. Nous avons un rôle à jouer dans la structuration et la diffusion des idées et expériences qui dessinent les contours du monde à venir.

La tâche est évidemment immense. Nous y contribuerons, ensemble, à hauteur de nos moyens. Cette dynamique n’aura de sens et de force qu’avec le soutien constant de nos lecteurs et lectrices, et de toutes celles et ceux qui veulent participer à relever ces défis.

Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Nouveau Front populaire : soyons lucides et réalistes
Parti pris 16 juillet 2024

Nouveau Front populaire : soyons lucides et réalistes

Depuis sa relative victoire le 7 juillet, le Nouveau Front populaire se cherche en vain un nom pour Matignon. Mais la coalition de gauche se déchire, pendant que Macron rigole et que le RN attend son heure. En quelques jours, elle s’est décrédibilisée.
Par Pierre Jacquemain
Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable
Gauche 16 juillet 2024

Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable

Alors que le Nouveau Front populaire a soulevé une espérance chez de nombreuses organisations du mouvement social, les dernières tergiversations quant au nom du Premier ministre ont jeté un froid. Et questionnent la possibilité d’un accompagnement d’un gouvernement de gauche par une mobilisation populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc
À gauche, une équation aussi pénible qu’insoluble
Parti pris 9 juillet 2024

À gauche, une équation aussi pénible qu’insoluble

Au second tour des législatives, le Rassemblement national, bien qu’en forte progression, a été défait, le macronisme rejeté et le Nouveau Front populaire est devenu la première force politique à l’Assemblée. Mais la gauche doit-elle prendre le risque de gouverner sans capacité d’agir ?
Par Pierre Jacquemain
Une victoire populaire, avant tout !
Parti pris 8 juillet 2024

Une victoire populaire, avant tout !

Alors que les instituts de sondages, au soir du premier tour, annonçaient une potentielle majorité absolue au Rassemblement national, une forte mobilisation populaire a permis au Front populaire d’être la plus importante force politique à l’Assemblée nationale. Il faut, désormais, construire dessus.
Par Pierre Jequier-Zalc