Municipales : Vert qui rit, PS qui revit, PCF qui survit

Si pour la gauche et les écologistes, ces élections municipales ont des couleurs de victoire, à l’échelle de chacun des partis, elle est à géométrie variable.

Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, le lui avait dit, le 22 juin, quand ils étaient tous les deux en visite à Marseille : « Le 28 juin au soir, plus rien ne sera jamais pareil. » Est-ce parce qu’il repensait à ces mots que Julien Bayou, chef de file d’Europe Écologie-Les Verts, affichait une mine grave et sérieuse au soir du second tour des municipales ? « Nous sommes heureux et modestes », annonçait-il devant une petite assemblée – Covid-19 oblige –, réunie au Hang’Art, un restaurant solidaire sur les quais du canal de l’Ourcq, à Paris. Heureux, ils peuvent l’être : après la vague de départs de leurs cadres pour le PS puis pour LREM et une défaite cuisante, partagée avec Benoît Hamon en 2017, les observateurs politiques ne donnaient pas cher de la peau des écologistes. Et pourtant ! Depuis les européennes où la liste portée par Yannick Jadot a créé la surprise (13,4 %), les Verts n’en finissent plus de remonter. « On est entrés dans le Top 14 », se félicite Noël Mamère, ex-maire de Bègles, « un territoire de rugby », précise-t-il.

Ce 28 juin au soir, la liste des villes passant sous drapeau vert n’en finit plus de s’allonger : Lyon, Bordeaux, Tours, Marseille, Poitiers, Besançon… Qui aurait pu en prédire autant ? « Personne ! », explique Marine Tondelier, candidate (défaite) à Hénin-Beaumont. Même Yannick Jadot, présent sur le plateau de France 2 quand il apprend la victoire de Pierre Hurmic à Bordeaux, ne peut retenir un immense sourire, suivi d’un bruyant « Ah oui ! » « Ils doivent avoir sacrément de seum [expression pour illustrer l’amertume] ce soir, François de Rugy et Barbara Pompili », s’amuse, sur Twitter Benjamin Lucas, porte-parole de Génération·s. Même à Strasbourg Jeanne Barseghian a arraché la victoire face au candidat de l’alliance LREM-LR et à la socialiste Catherine Trautmann, qui s’était maintenue. À Lille, la socialiste Martine Aubry l’a emporté d’un cheveu face au vert Stéphane Baly, à 227 voix près.

Il reste 66% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents