Portrait de flic : Dylan, 35 ans, en police-secours à Vénissieux

« J’ai l’impression de ne servir à rien. »

Oriane Mollaret  • 20 juillet 2020
Partager :
Portrait de flic : Dylan, 35 ans, en police-secours à Vénissieux
© LUCAS BARIOULET / AFP

Après une formation dans un métier manuel, Dylan* travaille en police-secours depuis dix ans à Vénissieux, en banlieue lyonnaise. Violences conjugales, différends de voisinage, rixes… Les agents du 17 interviennent souvent dans l’urgence. « À 18 ans, je ne me trouvais pas assez mature pour entrer dans la police, donc j’ai décidé d’avoir d’autres expériences de vie avant », se souvient-il. Le jeune homme enchaîne les petits boulots et les voyages sans perdre de vue son objectif : intégrer le Raid, « un rêve de gosse ».

Originaire de la campagne rhônalpine, Dylan voulait travailler dans « un secteur sensible » et atterrit aux Minguettes. Mais il ne s’attendait pas à passer son temps à contrôler des gamins faisant des rodéos sans casque et des fumeurs de joints. « Je le fais parce que c’est mon métier, mais c’est pas le rêve, soupire-t-il. C’est la politique du chiffre : si on ne fait pas assez d’interpellations, on nous le rappelle. En ce moment, on parle des rodéos, donc on nous demande d’interpeller ceux qui en font. C’est inutile, car il n’y aura pas de sanction. J’ai l’impression de ne servir à rien. C’est quand je porte secours à une victime d’agression ­physique ou sexuelle que je me sens utile. » Dylan défend une police plus « humaine » : « On est censés appliquer la loi comme des robots, mais si j’arrêtais tous les mecs qui fument des joints, j’en interpellerais quinze par jour. Donc on fait les juges des trottoirs, on se dit que lui a été cool, honnête, donc on laisse passer. Sur les stupéfiants, c’est les gamins en bas des tours qui trinquent, alors que les gros dealers s’en foutent. Alors j’essaie de faire surtout de la prévention. » Le gardien de la paix dénonce la pression politique : « Quand il y avait les gilets jaunes, c’était open bar. J’ai vu des vidéos avec des tirs de LBD que je ne comprends pas, sans les juger. Aujourd’hui, on veut nous interdire la clé d’étranglement, alors qu’elle n’est pas dangereuse si elle est bien faite et pas maintenue. J’ai peur de ce qu’on va nous mettre à la place. »

*Les prénoms ont été changés.

Société Police / Justice
Publié dans le dossier
Où va la police ?
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Loi immigration : « Ces décrets fragilisent des personnes déjà en situation de vulnérabilité »
Entretien 18 juillet 2024 abonné·es

Loi immigration : « Ces décrets fragilisent des personnes déjà en situation de vulnérabilité »

Marie-Christine Vergiat, ex vice-présidente de la Ligue des droits de l’Homme (LDH), critique sévèrement la publication de plusieurs décrets relatifs à la « loi Darmanin » votée en décembre, la veille de la démission du gouvernement.
Par Tristan Dereuddre
Geraldine, femme trans et travailleuse du sexe « a été tuée, et demain, ça pourrait être moi »
Reportage 17 juillet 2024 abonné·es

Geraldine, femme trans et travailleuse du sexe « a été tuée, et demain, ça pourrait être moi »

Au rassemblement organisé le 16 juillet à Paris, les personnes trans proches de Géraldine, 30 ans, tuée dans la nuit du 8 au 9 juillet, ont témoigné des violences et des propos transphobes qu’elles subissent au quotidien.
Par Hugo Boursier
Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »
Précarité 12 juillet 2024

Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »

La précarité progresse en France, comme en témoignent les dernières données publiées par l’Insee. Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, tire la sonnette d’alarme.
Par Maxime Sirvins
« Désormais tout commence »
Enquête 10 juillet 2024

« Désormais tout commence »

Une mobilisation historique de la société civile a permis au Nouveau Front populaire de déjouer les pronostics le 7 juillet. Malgré cette première victoire, tous et toutes appellent à la vigilance et à la construction d’un vrai mouvement de fond pour contrer l’extrême droite.
Par Pierre Jequier-Zalc