Pour l’égalité, c’est raté

Ce gouvernement est une immense claque aux personnes LGBTQI+ et « en même temps » aux femmes.

Sur le papier, Élisabeth Moreno, la nouvelle ministre déléguée à l’Égalité femmes-hommes, la Diversité et l’Égalité des chances a tout pour corroborer les déclarations d’Emmanuel Macron à la presse régionale. Vendredi 3 juillet, il affirmait n’être « pas [allé] assez loin » en matière de lutte contre les discriminations. En nommant une femme noire, franco-capverdienne, ayant grandi dans un quartier populaire d’Île-de-France et pur produit de la méritocratie à la française, Emmanuel Macron espère envoyer un signal. Mais si l’on ne peut reprocher à Élisabeth Moreno que ses penchants macronistes, son arrivée au gouvernement peine à cacher le prolongement d’une politique profondément inégalitaire et discriminatoire.

Discriminatoire parce qu’installer Gérald Darmanin place Beauvau, c’est asséner une immense claque aux personnes LGBTQI+ et « en même temps » aux femmes. En 2012, l’alors député LR s’affichait volontiers dans les rassemblements de la Manif pour tous ; il est également sous le coup d’une accusation de viol pour laquelle la cour d’appel de Paris a ordonné, mi-juin, la reprise des investigations.

Il reste 56% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents