« Merdeille », de Frédéric Arnoux : Destin de nulle part

Dans Merdeille, Frédéric Arnoux raconte avec une drôlerie grinçante la vie de populations reléguées, à la limite du fantastique cauchemardesque. Un coup de maître dans cette « rentrée littéraire ».

Commençons l’exploration de cette « rentrée littéraire » hors des sentiers battus. La très jeune maison d’édition Jou, fondée en 2017, publie un texte roboratif qui tranche par sa singularité dans un paysage romanesque dont on espérerait toujours plus de relief. Il s’agit de Merdeille, le deuxième roman de Frédéric Arnoux – livre non répertorié par le magazine de la profession, Livres hebdo, dans son numéro du 3 juillet annonçant les 511 romans de la fin de l’été, avec « beaucoup de valeurs sûres », est-il…

Il reste 91% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.