« Ne rien laisser passer »

La fustigation des « sauvageons » est un classique de la réaction. Ici, elle dissimule une menterie supplémentaire.

Au mitan de l’été, et juste après avoir, quelques jours plus tôt, renouvelé sa pleine « confiance » au préfet de police Lallement – sous qui tant de manifestant·es furent violenté·es l’année passée –, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, a proclamé dans un entretien accordé au Figaro (1) qu’il voulait « stopper l’ensauvagement d’une certaine partie de la société » et qu’il ambitionnait de « réaffirmer l’autorité de l’État » et de « ne rien laisser passer » en matière de criminalité ou de délinquance.…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.