Lumière noire

Jon Savage retrace la trajectoire fulgurante de Joy Division, groupe phare du post-punk anglais.

Formé par quatre jeunes hommes à peine sortis de l’adolescence, originaires de deux villes en banlieue de Manchester, Joy Division est apparu en 1977 au cœur du tourbillon punk et s’est autodétruit trois ans plus tard à la suite du suicide de son chanteur, Ian Curtis, survenu le 18 mai 1980. D’une noirceur irradiante, les albums Unknown Pleasures (1979) et Closer (1980) constituent les deux principales traces discographiques de cette existence brève mais ô combien intense. Générant un rock sombre et…

Il reste 80% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.